Utiliser les techniques que l’on connaît pour soi-même

Peut-être que c’est le printemps qui arrive, peut-être que simplement pour une fois j’ai un bon réflexe : je reconnais dans une période difficile des besoins, et des outils qui pourraient m’aider. Quoiqu’il en soit, ça fait plusieurs semaines que je repense à ce blog, aux énergies créatives que j’avais rassemblées autour, aux énergies créatives que j’aimerais remettre en place dans ma vie. La question du temps est cruciale, comme toujours. Réussir à modifier ses priorités, se donner du temps pour soi, pour croître, pratiquer, dans un quotidien très pris. Et s’y tenir, surtout, un peu tous les jours, tous les jours, trouver un rythme à soi qui soit régulier, mais pas étouffant. J’ai des envies de papiers, de pastels, de peinture… Je me vois en rêver la nuit, toucher avec les mains, palper les couleurs, les textures, sentir les odeurs… Mais je n’ai pas tout ça, vu que je suis loin de chez moi, pratiquement sans matériel, et qu’il faut que j’accumule le moins possible. Cependant, j’ai des crayons, il va falloir voir ce que je peux faire avec.

Pour l’instant, la période est surtout à l’écriture, depuis de nombreux mois en fait, mais les mains me démangent de faire quelque, de tracer, de créer. Les Chemins de lumière me manquent beaucoup, j’y songe, j’y songe, ça faisait un bien fou.

Mais en tout cas, j’essaie de renverser la machine, de sublimer certaines souffrances, et de transformer les affects ou les pensées en quelque chose de créatif. Je commence un nouveau projet, juste pour s’y mettre, juste pour accumuler des petites pierres, même si ça ne donne rien au bout du compte. Mais au moins essayer. Un nouveau carnet, on colorie vaguement la couverture, et on y dépose quelques traces pour la création d’un conte.