Le Bullet Journal revisité

Étant donné la masse d’informations et de projets que je traite, je cherche depuis peu, j’expérimente, des tas de méthodes, pour réussir à supprimer des mauvaises routines, à en installer d’autres. J’ai trouvé cet article qui m’a vraiment fait quelque chose. J’ai découvert qu’au final, j’avais une façon chaotique, mais logique, de m’organiser, qui existe déjà sous le nom de « bullet journal ». Jusqu’ici j’ai eu une version informatique complexe via Evernote, mais j’aime toujours autant le papier, et surtout, l’idée d’écrire, et de dessiner, donc je me demande si je ne peux pas faire mieux, optimiser tout ça, en ayant aussi une version papier. J’ai créé un nouveau tableau sur Pinterest pour rassembler à la fois des astuces graphiques et des articles de présentation. En tout cas, pour booster ma créativité, mes projets, et mon efficacité, je vais au moins tenter de renforcer ma méthode actuelle. C’est tellement proche de ce que je fais déjà, j’ai vraiment l’impression que ça serait la souplesse parfaite, avec des tonnes d’inspiration à trouver dans mon coin, et en fouillant sur le net. (c’est visiblement TRES à la mode)

Le canapé vert

Ne vous êtes-vous jamais senti limité par votre agenda ou votre semainier de bureau..?

Parlons du Bullet Journal ! Je vais commencer par vous expliquer les grandes lignes de ce concept et vous proposer quelques liens très utiles pour creuser la question, puis je vous expliquerais pourquoi et comment j’ai revisité le Bullet Journal. C’est parti !

Inventé par un designer de Brooklyn, le Bullet Journal est un système d’organisation efficace et complet. En effet, la méthode du Bullet Journal (ou BuJo pour les intimes) permet de regrouper avec clarté et précision tous vos centres d’intérêts & vos obligations dans un seul et même carnet.

View original post 1 059 mots de plus

Utiliser les techniques que l’on connaît pour soi-même

Peut-être que c’est le printemps qui arrive, peut-être que simplement pour une fois j’ai un bon réflexe : je reconnais dans une période difficile des besoins, et des outils qui pourraient m’aider. Quoiqu’il en soit, ça fait plusieurs semaines que je repense à ce blog, aux énergies créatives que j’avais rassemblées autour, aux énergies créatives que j’aimerais remettre en place dans ma vie. La question du temps est cruciale, comme toujours. Réussir à modifier ses priorités, se donner du temps pour soi, pour croître, pratiquer, dans un quotidien très pris. Et s’y tenir, surtout, un peu tous les jours, tous les jours, trouver un rythme à soi qui soit régulier, mais pas étouffant. J’ai des envies de papiers, de pastels, de peinture… Je me vois en rêver la nuit, toucher avec les mains, palper les couleurs, les textures, sentir les odeurs… Mais je n’ai pas tout ça, vu que je suis loin de chez moi, pratiquement sans matériel, et qu’il faut que j’accumule le moins possible. Cependant, j’ai des crayons, il va falloir voir ce que je peux faire avec.

Pour l’instant, la période est surtout à l’écriture, depuis de nombreux mois en fait, mais les mains me démangent de faire quelque, de tracer, de créer. Les Chemins de lumière me manquent beaucoup, j’y songe, j’y songe, ça faisait un bien fou.

Mais en tout cas, j’essaie de renverser la machine, de sublimer certaines souffrances, et de transformer les affects ou les pensées en quelque chose de créatif. Je commence un nouveau projet, juste pour s’y mettre, juste pour accumuler des petites pierres, même si ça ne donne rien au bout du compte. Mais au moins essayer. Un nouveau carnet, on colorie vaguement la couverture, et on y dépose quelques traces pour la création d’un conte.

L’écriture créative et le journal

Ca faisait un petit moment que je n’étais pas passée par ici… La créativité ça va ça vient, avec ses phases de creux. Je continue d’écrire doucement dans mon coin, et je prépare toujours des petits mandalas personnels. Je n’ai pas de grands récit à faire, mais je viens partager mes trouvailles. Avec les occasions je me suis laissée tenter.

Et pour une fois, contre toute attente, j’étais inspirée pour les présenter rapidement en vidéo.

Premier bilan du journal créatif

Quelques idées sont en route depuis plusieurs jours mais j’avais un peu de mal  venir m’assoir ici pour écrire tout ça. Je pense que c’est parce que je n’ai pas encore intégré les processus, et donc la mise en mots est difficile.

Pour autant, je ne pouvais pas ne pas prévenir ici de mes avancées. Le journal créatif est une bénédiction ! C’est bête finalement d’avoir eu aussi peur de se lancer, peur d’être libre ! Le principe est vraiment tout ce que je pensais, et que j’essaie aussi de mettre en place avec les chemins de lumière (excepté le partage) : se prendre le temps, s’exprimer, ne pas se soucier de l’esthétique, tester, expérimenter, s’amuser…. On peut TOUT y faire, tout y mettre, c’est incroyable ! Je teste le crayon, le texte, le dessin, et puis le pastel…. Je mélange tout, je fais au plus simple, mais je m’exprime. Il suffit d’y aller à coeur joie et puis voilà, au pire en se disant « je dessine comme un maternel, et alors ? au moins je me fais plaisir ».

La chose étant ici que j’ai donné un but très spécial à mon journal créatif. Ca n’est pas du tout juste un premier journal, c’est le journal de bord de ma maladie. Et en cela dès le début il s’est retrouvé très chargé d’énergie, son but étant très sélectif, tout tracé. Mais du coup, ça a été d’autant plus bénéfique, presque facile de passer la barrière : il suffisait de balancer tout ce que j’avais refusé d’exprimer, toutes mes questions, … et là PAF ça m’a explosé à la figure. Quelle puissance ! C’était juste là, à portée de mains, et j’ai jamais compris… Faut le vivre pour comprendre. La puissance du lâcher prise créatif, de l’exprimer des choses intimes par le dessin. Même quand ça prend la forme la plus épurée ou la plus naïve, si l’intention et là ça claque comme un coup de fouet.

Ce qui m’a le plus bluffé c’est la profondeur des images. Faire un dessin sans réfléchir, juste pour traduire quelque chose, et se rendre compte que sa symbolique dépasse entièrement notre intention. Que cela révèle des « vérités » sur soi très puissantes, et que parfois on peut creuser encore plus loin. Quelle sensation géniale que de réfléchir en faisant, de se rendre compte de l’importance de ce qu’on a dessiné, et d’improviser, de rajouter une partie, un mot, une page, etc.

Bref, pour moi c’est TRES concluant ! La suite, la suite !

Franchir le pas

Ca y est, c’est décidé, et même plus. Ce soir je commence mon « journal créatif ».

Depuis le temps que j’y pense, aujourd’hui ça devient juste évident que ça sera un outil puissant, un allié de tous les jours. Je vais donc reprendre les articles que j’ai mis de côté sur le sujet, les vidéos, et je vais tenter de réfléchir à tout ça. A ce qu’est un journal créatif, ce que je vais lui donner comme sens, comme portée, ce que je peux expérimenter. Et puis à moi, à qui je suis, à mes questions, mes problèmes… Je crois que ça sera le meilleur allié pour traverser la maladie, tout ce que je n’arrive pas à mettre en mots, à sortir, et puis aller à la rencontre de cet autre soi, circonscrire la maladie, et le moi, qui nous sommes nous toutes les deux, qu’est-ce que je peux faire…

Evidence. Juste une grosse évidence. Je débranche mon ordinateur, je sors mon cahier blanc qui attendait, et je prends mes stylos.