Lentement mais sûrement

J’oubliais de vous donner des nouvelles de ce côté tantôt. Bien que cela soit très sporadique, j’essaie de garder toujours mes crayons de couleur et mes stylos stabilo88 à portée de main, pour apprendre à griffonner régulièrement. Comme d’autres personnes probablement, je regardé régulièremment le bilan de mes activités, et quand quelque chose me manque je travaille à lui donner de la place. Tout ce qu’il faut c’est du temps. Ca frétille dans mes doigts, j’en crève d’envie…. et la fois où j’aurais du temps je suis bloquée, je ne sais pas quoi faire. Du coup j’utilise les petits bien connus pour m’y remettre. Tantôt du journal créatif, tantôt du gribouillage, tantôt des essais de textures et de couleurs… Je suis à la recherche de quelque chose qui me plaise, et je ne suis pas bien sûre de savoir si je cherche une technique seule, à laquelle je me tiendrais tout le temps, ou si je voudrais essayer plein de choses différentes et faire de tout (ce qui voudrait dire plus de temps, et avancer très lentement…). Mais après tout, mon but c’était de dessiner et peindre, pas de devenir à génie. Du coup pour l’instant j’essaie de faire sauter toutes les barrières, moi qui en met déjà trop, donc je teste ce que j’ai. J’ai de belles encres pour écrire, je me suis mise à tester de dessiner à la plume et ensuite de faire des lavis ! Puis j’ai même tantôt l’eau sur mes stabilos888 XD Et le résultat est fun, c’est amusant et agréable à faire niveau textures. Et puis parfois je mélange de l’écriture, de l’encre et de l’eau pour le lavis, les stabilos, les crayons… on cherche on cherche. Le but est de pratiquer.

Je mettrais bien des images de tant à autres, si j’arrive à me tenir à cette résolution 🙂 En attendant, voici un petit exemple pour celles et ceux qui ne suivent pas mon compte instagram directement.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Exploration à l’aquarelle…

Voilà une bien étrange rencontre. Hier, grâce au cycle des chemins de lumière où j’apprends à sortir de ma zone de confort, et au conseil de Lune, je suis enfin revenue à l’aquarelle. Mais même si je n’avais pas spécialement d’attentes, pour éviter de me prendre la tête comme je sais si bien le faire, mon nouvel essai a été complètement bizarre.

D’un côté j’ai abandonné tout jugement, je me suis juste complètement laissée aller. Je me suis faite plaisir, et j’ai écouté ma curiosité, mon envie de tester des choses. Tant pis si au bout du compte le dessin allait être illisible. Ce qui était très plaisant car finalement pas de barrière. Ce qui m’a également beaucoup plu c’est d’enfin écouter mon envie d’abstraction, comme je savais si bien le faire en calligraphie autrefois. Je voulais juste des impressions de couleurs, des formes… et advienne que pourra. Et j’ai réussi à m’y tenir, l’expérimentation sur les textures aidant à ne pas se fixer sur l’image.

Maintenant, de l’autre côté, je suis complètement perplexe. L’expérience a été tout aussi déroutante qu’elle a été intéressante et plaisante. Je retiens une sorte de… sensation de suspension. Mais du coup je ne suis fixée sur rien : ni les difficultés, ni le plaisir, ni la représentation. Ca ne m’avait jamais fait ça, c’est comme si je ne pouvais pas caractériser l’expérience. Et c’est d’autant plus drôle que j’ai médité sur un tas de choses en peignant ! Sur mes couleurs, et sur l’histoire qu’étant en train de me raconter cette fresque naissante… car oui, en fait, elle m’a soufflé des histoires. J’ai noté une suite de mots, des idées clés, qui correspondent un peu à cette expérience.

Et du coup, au final, je ne sais pas quoi penser de ce dessin ! Est-ce qu’il me plaît ? Que peut-on lui trouver objectivement ? Je le regarde un peu comme un ovni…