Revue test des carnets « Organic Cocoon » (review)

Je cherche un nouveau carnet pour tenter une nouvelle méthode dont j’ai entendu parler à répétition sans jamais la tester. C’était vraiment un drôle de timing pour moi de gagner le 1er giveaway de ma vie exactement à ce moment-là ! En effet, « Organic Cocoon« , une marque française (dommage pour moi le nom en anglais une fois de plus…) écologique et vegan, qui vend essentiellement des bougies parfumées naturelles. Récemment, elle s’est lancée dans l’aventure de mettre au point une gamme de carnets écolo réalisés avec du papier français recyclé, en collaboration avec Marie Bourdon (@Tribulations Marie).

Un petit préambule

Soyons honnête, je ne suis pas sûre que j’aurais testé la marque si je n’avais pas gagné le giveaway. Mais quand je m’en suis rendue compte, je me suis arrêtée quelques instants pour méditer sur la question. Et je me suis rendue compte qu’en fait j’étais face à un problème d’a priori et de clichés. En effet, par le passé j’ai eu de mauvaises expériences avec des carnets dits « écologiques » ou « recyclés ». Du coup, l’image que j’avais des produits de ce type de papeterie était restée mauvaise, qu’on se le dise. Peut-être qu’à l’époque on était factuellement moins bon en termes de connaissances et techniques écologiques ? Je ne m’étais pas arrêtée pour me dire que peut-être on faisait mieux aujourd’hui (à moins d’avoir un exemple sous les yeux, s’entend ; mais là il s’agissait de regarder sur Internet). En tout cas, avant papier recyclé rimait avec :

  • papier grisâtre (= donne un côté terne / morose)
  • papier non lisse ou granuleux (= ça fait des bosses détestables pour écrire)
  • papier très absorbant, impossible à utiliser avec des stylos à encre ou des plumes (= l’encre s’étale en étoile sur la page, ou transperce la page)
  • impressions (couverture ou lignes) de mauvaises qualités, un peu « passée » ou qui s’effacent rapidement (= la durée de vie du carnet est basse)

Ce que j’avais vu sur le compte instagram d’Organic Cocoon me plaisait beaucoup en revanche. Non seulement j’avais adoré les 3 couvertures de Marie, mais la qualité de l’image de couverture avait l’air vraiment bonne. Comme la gamme venait d’être lancée, j’allais difficilement trouver des reviews sur leurs nouveaux carnets… Or là, l’occasion m’a été littéralement donnée. Je suis ravie de me remettre un peu en question et d’explorer une marque éthique !

Or comme j’ai connu énormément de passionné de carnets dans ma vie, je me suis dit que c’était l’occasion de présenter en photos, et en mots ! Après tout, ma spécialité c’est bien les reviews qui pensent aux petits détails.

Les carnets d’Organic Cocoon en revue (review)

Aujourd’hui je manque de temps, alors je vais faire ça de façon assez simple.

Voici le modèle que j’ai reçu : petit carnet aquarelle au format 10,5 x 15 cm

Les informations de base (officielles) :

  • « Made in France » (voir plus bas).
  • Imprimé par notre partenaire en Région Parisienne pour une démarche locale.
  • Encres végétales.
  • Papier 300g /m2 couché mat recyclé et recyclable certifié PEFC et Imprim’vert.
  • Intérieur en papier 90g vierge non ligné.
  • Couture Singer.
  • Prix : 12,50 euros.

Deux petits manques à mon avis :

  • les passionnés d’écriture et de carnets aiment généralement savoir le nombre de pages qui leur est offert dans un carnet, ça peut faire la différence entre les marques, modèles, etc. Je pense qu’il serait utile d’indiquer sur le site, voire au dos du carnet, le nombre total de pages.
  • J’adorerais vraiment que le site propose un encart d’informations sur ce que signifie « encres végétales ». Si c’est la même composition que pour leurs dépliants et cartes de visite, ça serait bien de le dire malgré tout (ou de renvoyer vers la page).

Les petits moins :

  • La couverture du carnet assez fragile

En effet, je crois qu’un tel carnet devra rester dans un tiroir ou sur un bureau à la maison. La couverture est fragile. Je crains pour les coins, mais ce qui m’a déjà mis la puce à l’oreille c’est la tranche : le haut ou le bas menace de se déchirer déjà (voir photo). Je ne suis pas sûre de ce qui pourrait être fait sur ce point, si la qualité de la couverture pourrait être renforcée ou pas. Maintenant, il y a plein de petits carnets (non éthiques) à la ventre partout qui ont le même problème de qualité. A voir.


  • La reliure, probablement fragile

Combien de temps va tenir la couture ? C’est la première pense qui m’a sauté aux yeux quand j’ai ouvert le premier carnet pour voir. C’est beau, c’est propre, mais ça n’a pas l’air très résistant.

  • A mon avis le prix sera dissuasif

Beaucoup de gens ne se permettent pas d’acheter un petit bloc de papier à dessin à 12,5 euros (à moins qu’il ne fasse BEAUCOUP de pages?). On vise plutôt les 6 euros en moyenne, je crois. Alors, oui, lui est petit et portatif, avec une jolie couverture, et une reliure cousue plutôt qu’une spirale. Mais je suppose que les gens privilégieront le côté pratique et économique plutôt que l’esthétique. A voir ? Il faudrait plutôt le comparer avec d’autres gammes écologiques (et françaises ?).

Les plus ! Tout ce que j’aime

Commençons par le plus simple. A la réception du paquet, j’ai été vraiment très heureuse. Tous mes petits clichés ont volé en éclat dans mon esprit naïf. XD Oui c’est écologique, mais non ça n’est pas de piètre qualité !

  • Les illustrations de couverture

Je le mentionne en premier, c’est comme ça que j’ai découvert la marque et le giveaway après tout. Grâce aux aquarelles de Marie Bourdon. J’ai beaucoup aimé ces 3 propositions. C’est délicat et relaxant. Bien que, comme je l’avais commenté sur leur page, l’illustration avec la couronne de fleurs soit un peu trop générique, maintenant que les couronnes sont très à la mode, et donc moins originales, j’ai aimé. Ça reste un motif épuré, déclinable à l’infini. Il me semble d’ailleurs que c’est tout un travail de réaliser des « motifs » (terme technique pour le design), car ils doivent être lisibles et épurés, tout en étant suggestif. Ca demande de savoir beaucoup simplifier, pour ne pas noyer l’oeil, tout en le dirigeant, etc. C’est un joli pari pour Marie de ce côté.

l’avais commenté directement sur leur page,

  • L’impression

On a de belles couleurs, vraiment, et le motif est respecté. Qu’est-ce que j’entends par là ? Et bien le tracé de l’impression est précis, et non flou ou « passé » comme cela a pu être le cas (sur d’autres carnets « écolo ») dans le passé.

  • La texture du papier

Je pense qu’il y a plusieurs types de profils chez les amateurs de carnets, dont une partie plus utilitaire et pragmatique. Personnellement, (malheureusement?) je fais plutôt partie de la team fétichiste. x) Pour moi toutes les textures que j’ai sous les mains comptent quand je tiens un carnet (et aussi les odeurs, mais peut-être un peu moins). Du coup, je ressens tout de suite sous les doigts si le papier est très fin, trop rêche, … Y a un toucher particulier (et même un son d’ailleurs), une légèreté ou non, une douceur, etc. Le papier de chez Organic Cocoon est juste tellement agréable ! La texture est pulpeuse ou duveteuse, si je devais résumer à un seul mot. Ca n’est pas seulement doux, c’est également une forme d’épaisseur, de densité du papier. La couverture est évidemment plus rigide, un peu plus épaisse aussi probablement, mais on y retrouve la même douceur. Je passe et je repasse la main constamment.

  • Le grammage du papier

Étant donné ma passion pour le stylo plume et la calligraphie, pour moi la qualité du papier est très importante. Rien ne m’exaspère plus que d’écrire une jolie page, de la tourner, et de voir que toute l’encre a été absorbée par le papier et qu’on voit tout de l’autre côté… Pour moi c’est un non catégorique niveau écriture et carnet. Je suis un bébé dans le milieu de l’aquarelle, et je pense que j’aurais énormément de mal à oser peindre dans le carnet. L’idée serait d’essayer, vue que l’occasion m’a été offerte ! Sortir de ma zone de confort, oser peindre dans ce petit format de poche, arrêter d’avoir peur de « souiller » un si beau carnet, etc….

Par contre, ce qui m’est venue à l’idée tout de suite, c’était de tester le carnet en calligraphie, vu que ça je sais le faire, je peux oser. Du coup, ni une, ni deux, j’ai testé la première page avec un stylo plume et une encre foncée, pour voir si l’encre allait transpercer ou non. Et bien le pari est tenu, on ne voit pratiquement rien ! Donc la qualité du papier annoncée est promesse tenue ! Je suppose qu’à l’aquarelle se posera la question du « gondolage » du papier, que je n’ai pas en écriture / calligraphie, mais le papier devrait bien résister je pense. Du coup pour moi c’est un grand oui ! Plaisant à regarder et à toucher sous la main, il est lisse et plaisant pour écrire aussi. Je pourrais avoir l’esprit tranquille pour y écrire des citations, des affirmations, et peut-être tenter quelques mandalas également.


Je vais donc avoir plaisir utiliser ces beaux carnets dans les mois à venir !

Publicités

Première réalisation aux pastels (huile) !

Un véritable délice que de renouer avec le dessin (au sens large). Ces moments privilégiés, sans écran, avec juste mes mains, du papier, des matières, des couleurs… J’ai toujours adoré le pastel, mais j’ai également trouvé cela extrêmement dur, depuis le tout début. C’est gras, c’est étrange à étaler, c’est des gros bouts, donc imprécis pour dessiner des détails… pas facile. Je n’ai jamais réussi à avoir le courager d’expérimenter seule pour trouver les techniques, ou même sans, juste oser composer, trop dur. J’ai essayé avec des livres, mais souvent c’est trop parcellaires comme explications, ou peu pratique… Aujourd’hui je suis constamment bouche bée face à la richesse d’internet. Malgré tous ses défauts, on trouve des choses incroyables ! On peut apprendre à quasiment tout faire, gratuitement, en lisant ou en regardant des vidéos. Surtout les vidéos, c’est la mode. Et il faut dire que pour certains technique, c’est effectivement plus pratique qu’un livre… Donc quand j’ai découvert que Youtube pullulait littéralement de tutoriels créatifs en vidéo, wow ! Je me suis aidée de cela pour faire une petite collection de techniques que je voulais apprendre, et aller y piocher quand j’ai le temps.

Puis la semaine dernière, ça m’est tombé dessus. Je voulais créer, j’avais un mal de chien, puis je me suis dit,  « change, fais quelque chose de nouveau ». Et bizarrement, j’ai saisi le médium qui me paraissait le plus dur (ma reprise de l’aquarelle et des pastels secs attend haha). J’ai posté sur Instagram les premiers pas, me disant que peut-être le résultat final serait beaucoup trop moche pour être montré par la suite. ^^’ Et bien non !

Je suis parvenue à avoir un rendu correct. Pas du tout identique à ce que je voyais, car mon papier était extrêmement granuleux, et la matière ne s’étalait pas du tout pareil, j’ai tellement galéré pour les nuages, qui sont censés être le cœur du dessin… Mais tant pis ! J’ai réussi à être contente de moi quand même !


(ouvrez dans une autre fenêtre / onglet pour voir en taille correcte)

Voici la référence du super tutot que j’ai suivi ! Merci au Virtual Instructor ! (C’est le nom de sa chaîne et de son site)

Création d’un nouveau mandala, mars 2018

Pour l’instant il n’a pas de thème ou de nom, je l’ai fait sous une impulsion, du coup son repère sera le moi de création. ^^ Le dessin n’est pas encore terminé, mais voici déjà les premières étapes.

Note: Le blog réduit automatiquement la largeur des images, mais il vous suffit d’ouvrir dans une autre fenêtre (ou un autre onglet) pour voir en plus grand.

Reprise du dessin !

Enfin ! Ceux qui me suivent sur Facebook savent que ça fait un moment que j’avais envie de me remettre à créer, mais j’étais incapable de trouver le temps, ou le bon espace, ou l’idée, ou… juste trop d’énergies dans tous les sens pour m’asseoir à une chaise. Le week-end dernier, j’ai réussi à remettre tout doucement mes crayons sur le papier, à bidouiller de-ci de-là, une petite frise d’abord, puis une autre. Et puis j’ai osé, enfin, repartir du centre pour créer un nouveau mandala. Ca fait un bien fou de réussir à sortir ça de soi. Je posterai quelques autres photos à l’avenir, mais je partage déjà ce début publié sur Instagram.  Avec un vrai lien cette fois-ci, car il semblerait que mon dernier post avec le lien d’intégration instagram n’ait pas marché…. (mais impossible de savoir pourquoi).

Accessoirement, je teste aussi quelque chose de nouveau : les contours au feutre noir. Ca me fait tout drôle, car le rendu est vraiment différent.

InCoWriMo ? Un nouveau challenge

Je me balade depuis plusieurs mois dans la communauté des adorateurs d’écriture, de stylos plumes, de carnets etc, et je découvre de nouvelles choses. Ce qui est retenu mon attention ce mois-ici c’était ce sigle mystérieux qui ressemble au « NaNoWriMo » (challenge d’écriture international ayant lieu tous les ans au mois de novembre).

Le « InCoWriMo » signifie : « the International Correspondence Writing Month« , autrement dit, le mois international de la correspondance ! Évidemment, j’ai trouvé l’idée géniale… Toute l’année je cherche à garder des occasions d’écrire à la main, même juste une petite lettre courte, pour des fêtes, des anniversaires, des remerciements… Malheureusement on ne trouve plus facilement des gens qui aiment entretenir des correspondances, et encore moins écrites, ce qui fait que je me sens réduite dans mes essais, parce que j’aimerais qu’il existe une circulation du phénomène. Je ne pense clairement pas avoir la force et le temps de réaliser le challenge dans ses critères d’origine (= une lettre tous les jours du mois), parce que j’ai d’autres priorités, mais en envoyer quelques unes me plairait bien. J’ai déjà quelques destinataires certains, mais je pensais à rendre la chose éventuellement plus « fun »…

Est-ce que parmi vous certains seraient intéressés pour participer à ce défi ? Même juste une lettre par semaine ? Est-ce que certains d’entre vous aimeraient pratiquer un échange de lettre avec moi ?

Pour aller plus loin, de nombreux bloggers et sites proposent des articles introductifs avec des idées, comme Boho Berry :

  • Ecrire à des malades dans les hôpitaux
  • Ecrire à des enfants dans les hôpitaux
  • Ecrire à des soldats
  • Ecrire à des inconnus
  • Utiliser de nombreux réseaux/sites qui regroupent des adorateurs de correspondances
  • Il y a évidemment des hastags pour se retrouver sur les réseaux sociaux : #incowrimo #incowrimo2017 (etc.)
  • Surfer sur Pinterest et instagram avec les hashtags et mots clés pour trouver des astuces, des idées, des tutoriels…