Exploration intérieure, « Sentier »

Puisque certain(e)s m’avaient demandé de partager mes créations récentes, et qu’après tout j’aime partager (ce blog en est bien la preuve), je remets la main à la pâte pour remplir cet endroit à nouveau. Si mes journaux créatifs sont trop personnels pour être présentés, les petites explorations modestes à côté, pour se défouler, tester des techniques etc, sont plutôt adéquates. Je dédramatise comme toujours mon manque de technique ou autre. Je n’ai jamais prétendu faire du grand art, je pratique pour moi, pour tester, pour exprimer.

Ici, je me suis glissée dans un nouveau groupe de stimulation créative collective, instauré par « Sophie Witchwood », aka Lucy Dreams, (qui avait participé avec nous aux Chemins de Lumière pour les habitués): « Fiat Lux!« . Bien que le principe soit extrêmement proche, contrairement aux Chemins de Lumière la récurrence est toutes les semaines sans interruption. Que les intéressés me fassent signe pour être mis en contact. Le premier thème du projet était donc le mot « Sentier », et je me suis lancée.

Matériel : 2 encres de J. Herbin et 1 encre de Noodler dont j’avais parlé précédemment (cliquez) : respectivement, « Terre brûlée« , « Poussière de lune« , et « Squeteague« . Je me disais que depuis le temps que je voulais de nouveau dessiner à l’encre, le moment était venu avec le choix qui s’offrait à moi. Armée d’une vieille plume à dessin toute simple de chez « Comté » avec son porte-plume.

Mon dessin

Probablement plus l’air d’un gribouillis qu’autre chose vu de l’extérieur ?

Une fois de plus je me surprends à voir encore une forêt… pourtant ça aurait pu être n’importe quel chemin. Ce qui fut étrange aussi, c’est que pour représenter ce chemin en lisière de forêt, avec son fossé d’un côté, je me suis rendue compte que je me basais sur mes propres souvenirs, sur un lieu réel (ce qui ne m’arrive pratiquement jamais). Les essences de tel ou tel arbre, puis de tel ou tel arbuste sont très précisément choisies même si probablement personne ne pourra les identifier (autre que moi). La nostalgie du pays ? En tout cas, comme actuellement je suis dans une phase très floue, il m’était apparu que je ne pouvais pas voir le sentir devant moi justement. A chaque fois que je voulais le visualiser, je voyais une espèce de tourbillon. Tout platement représenté ici avec l’encre « poussière de lune », tempête violente comme surnaturelle avec cette couleur.

En tout cas, voilà mon sentier.

(clic droit + « afficher l’image » pour voir le dessin en 700×1000 🙂 )

 

Publicités

InCoWriMo ? Un nouveau challenge

Je me balade depuis plusieurs mois dans la communauté des adorateurs d’écriture, de stylos plumes, de carnets etc, et je découvre de nouvelles choses. Ce qui est retenu mon attention ce mois-ici c’était ce sigle mystérieux qui ressemble au « NaNoWriMo » (challenge d’écriture international ayant lieu tous les ans au mois de novembre).

Le « InCoWriMo » signifie : « the International Correspondence Writing Month« , autrement dit, le mois international de la correspondance ! Évidemment, j’ai trouvé l’idée géniale… Toute l’année je cherche à garder des occasions d’écrire à la main, même juste une petite lettre courte, pour des fêtes, des anniversaires, des remerciements… Malheureusement on ne trouve plus facilement des gens qui aiment entretenir des correspondances, et encore moins écrites, ce qui fait que je me sens réduite dans mes essais, parce que j’aimerais qu’il existe une circulation du phénomène. Je ne pense clairement pas avoir la force et le temps de réaliser le challenge dans ses critères d’origine (= une lettre tous les jours du mois), parce que j’ai d’autres priorités, mais en envoyer quelques unes me plairait bien. J’ai déjà quelques destinataires certains, mais je pensais à rendre la chose éventuellement plus « fun »…

Est-ce que parmi vous certains seraient intéressés pour participer à ce défi ? Même juste une lettre par semaine ? Est-ce que certains d’entre vous aimeraient pratiquer un échange de lettre avec moi ?

Pour aller plus loin, de nombreux bloggers et sites proposent des articles introductifs avec des idées, comme Boho Berry :

  • Ecrire à des malades dans les hôpitaux
  • Ecrire à des enfants dans les hôpitaux
  • Ecrire à des soldats
  • Ecrire à des inconnus
  • Utiliser de nombreux réseaux/sites qui regroupent des adorateurs de correspondances
  • Il y a évidemment des hastags pour se retrouver sur les réseaux sociaux : #incowrimo #incowrimo2017 (etc.)
  • Surfer sur Pinterest et instagram avec les hashtags et mots clés pour trouver des astuces, des idées, des tutoriels…

 

Papier, encre, stylo un jour – toujours !

Je n’arrive plus à poster des nouvelles régulières ici, bien que ça me chagrine, mais je continue mes explorations créatives.

Après m’être demandée longtemps qu’elles allaient être les encres en pot que j’allais acheter pour ma pratique d’écriture, j’ai finalement craqué sur cette marquée française, J. Herbin. A côté de cela, je teste une traditionnelle Parker noire, et je viens juste d’acquérir une encre américaine (Noodler – « Squeteague » ici). Pour ceux qui ne me connaissent pas, elles servent à tout 😉 J’utilise énormément le stylo plume, et ce d’autant plus que je m’y remets depuis une bonne année. J’écris des lettres, je fais des cartes de voeux, j’écris des tas de journaux personnels, mon « bullet journal » utilise aussi du stylo plume, parfois je dessine avec ces encres et à la plume, j’écris dans mes différents journaux de tarots / cartes….  Bref, que du fun ! ^^

Enregistrer

Lentement mais sûrement

J’oubliais de vous donner des nouvelles de ce côté tantôt. Bien que cela soit très sporadique, j’essaie de garder toujours mes crayons de couleur et mes stylos stabilo88 à portée de main, pour apprendre à griffonner régulièrement. Comme d’autres personnes probablement, je regardé régulièremment le bilan de mes activités, et quand quelque chose me manque je travaille à lui donner de la place. Tout ce qu’il faut c’est du temps. Ca frétille dans mes doigts, j’en crève d’envie…. et la fois où j’aurais du temps je suis bloquée, je ne sais pas quoi faire. Du coup j’utilise les petits bien connus pour m’y remettre. Tantôt du journal créatif, tantôt du gribouillage, tantôt des essais de textures et de couleurs… Je suis à la recherche de quelque chose qui me plaise, et je ne suis pas bien sûre de savoir si je cherche une technique seule, à laquelle je me tiendrais tout le temps, ou si je voudrais essayer plein de choses différentes et faire de tout (ce qui voudrait dire plus de temps, et avancer très lentement…). Mais après tout, mon but c’était de dessiner et peindre, pas de devenir à génie. Du coup pour l’instant j’essaie de faire sauter toutes les barrières, moi qui en met déjà trop, donc je teste ce que j’ai. J’ai de belles encres pour écrire, je me suis mise à tester de dessiner à la plume et ensuite de faire des lavis ! Puis j’ai même tantôt l’eau sur mes stabilos888 XD Et le résultat est fun, c’est amusant et agréable à faire niveau textures. Et puis parfois je mélange de l’écriture, de l’encre et de l’eau pour le lavis, les stabilos, les crayons… on cherche on cherche. Le but est de pratiquer.

Je mettrais bien des images de tant à autres, si j’arrive à me tenir à cette résolution 🙂 En attendant, voici un petit exemple pour celles et ceux qui ne suivent pas mon compte instagram directement.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Une fin octobre chargée ! (bullet journal)

Tout le long du mois d’octobre, je n’ai jamais utilisé le système de « revue » anticipée de la semaine. En anglais, on dit la plupart du temps « weekly spread » (pages semaines), par opposition au « daily spread » (pages journalières) : il s’agit d’une double page qui pré-présente l’ensemble des 7 jours de la semaine à venir, pour avoir un aperçu en un seul coup d’oeil, autrement dit une vision d’ensemble. Comme ma dernière semaine d’octobre est « carabinée », la pire du mois, je tente l’organisation millimétrée tranche par tranche avec le Bullet Journal ! Et j’ai eu besoin pour la première fois d’un « semainier », comme je l’ai appelé ici.

Et comme on a dit « le Bujo pour les Nuls », et bien voilà, on n’a pas peur de montrer ses petits feuillets rikis et non artistiques dans le grand bain des artistes fou du Bujo. On se prend un spread entièrement minimaliste et sans déco, avec les couleurs bien visuelles (avoir une charte graphique généralement avec 2 ou 3 couleurs).

Enregistrer