Carnets d’auteurs

Ou carnets d’artistes d’ailleurs. Sur son site, Fabienne Verdier a présenté une partie de l’envers du décor en publiant quelques photos de ces carnets. Voilà qui me rappelle parfaitement notre tradition familiale… Des pensées, des idées, des citation…

Le rôle des couvertures

Voici encore sûrement un de mes côtés « réac », mais j’ai une vision très traditionnelle des couvertures de livre. Pour moi une couverture ratée (et ça vaut aussi pour les affiches de film que je vois dans le métro) cela me freine. Attention! Je ne dis pas que c’est l’essentiel, si vraiment on me recommande, si la 4e de couverture en bonne, si je connais l’auteur… je vais le lire quand même et aller voir de plus près. Mais une couverture pour moi c’est fondamental : c’est la première chose que l’on voit d’un livre, le tout premier contact! Avant la texture, l’odeur du papier, c’est la couverture. En vitrine ou sur un étal (ou sur votre écran d’ordinateur sur les boutiques en ligne) à avant même de l’avoir entre les mains, aussi immédiat que le titre, vous avez la couverture. Donc elle a quand même le rôle non des moindres de devoir « résumer » l’ensemble du livre. Un couverture c’est la quintessence d’une histoire, de sa lumière, de son ambiance… si une couverture est trop « jeune », trop peu sérieuse, pas assez professionnelle (dans le graphisme), pour moi c’est catastrophique. Sûrement aussi parce que je ressens trop de choses à un autre niveau et que les énergies d’une couverture ratée me perturbent.

Au delà de cette opinion personnelle, il y a encore deux paramètres importants qui m’influencent. : le souvenir et le rêve. Pourquoi ? Parce que je suis nostalgique de mon enfance – du moins, de certaines choses de mon enfance. Je trouve que quand j’étais petite (et pourtant ça n’est pas si loin que ça) on nous nourrissait beaucoup plus les sens et l’esprit. Quand j’étais plus jeune les contes et les histoires que nous avions étaient beaucoup plus riches que celles d’aujourd’hui, les illustrations l’étaient également. Elles m’ont littéralement habitée, et aujourd’hui je garde ce goût en mémoire, cette appréciation de la poésie qu’on nous offrait sur un plateau. Des images majestueuses, ou plus simples et féériques, un quotidien illustré avec douceur dans le trait et les couleurs…. ça me manque le temps de cette esthétique si unique pour chaque livre, aujourd’hui on n’a plus le droit qu’à des couvertures criardes, parfois « modernes » et informatisées, mais justement sans utiliser le plus de ces nouvelles méthodes. Et de ces souvenirs importants, mon regard sur les couvertures d’aujourd’hui se transforment. Oui il faut avancer avec son temps, mais pourquoi est-ce qu’on fait des couvertures « mortes » ? C’est ça qui me gêne… et c’est là qu’intervient le rêve. En plus d’une esthétique si soignée, autrefois on nous poussait à réfléchir rien qu’avec une couverture. C’était en elle-même un autre conte, un résumé du conte (ou de l’histoire évidemment), une sorte de fable visuelle ! On pouvait jouer entre l’image et le titre, et par la suite avec le contenu du livre. Quand je voyais des couvertures, je pouvais rester quelques minutes à rêver devant, à chaque fois que je prenais mon livre en mains.

Quelle réflexion bien fade peut-être, mais cela m’a rappelé des choses… pourquoi ? Tout simplement une newsletter d’amazon ce matin dans ma boîte, avec des couvertures qui m’ont appelée ! Des couvertures des livres d’Harry Potter que je n’avais jamais vues avant !

Là je me dis enfin, quelle poésie du dessin ! J’aurais rêve avoir des couvertures comme ça… Même si il faut l’avouer, le petit Harry est un chanceux de l’édition, lui a pu être soigné et on a eu non seulement des tonnes de couvertures, mais en plus des plutôt bonnes. Mais par esprit de comparaison, de la même maison d’édition a priori, regarder ce montage vraiment mal effectué :

Ca manque de fantasy tout ça… tout bêtement. Ca manque de stimulation des sens et de l’esprit. Où est passé le rêve qui est le propre de l’édition ? (dans une industrie de l’argent et de la rapidité peut-être…)

L’Arbre Arc-en-Ciel

Voilà ma petite découverte du jour, qui m’a donné le sourire ! C’est si festif, si joyeux… ça correspond parfaitement à mes envies de créativités du moment ! De la joie, de la chaleur, et de l’explosion d’émotions…

Cliquez sur l’image pour vous rendre sur le blog d’Iyäna et voir éventuellement en plus grand.