Brouillon de mon Bullet Journal de septembre

Voici quelques photos, la qualité n’est pas top, j’ai fait ça rapidement avec mon téléphone. J’ai dû aussi flouter les informations personnelles. Comme toujours, c’est très nature avec moi. ^^’

Ce que vous avez à l’écran en gros :

  • Ma double page d’introduction du mois, avec les 30 jours affichés (il me manquera les noms des jours pour la suite!) et les tâches au mois reportées, déjà connues, etc. /// (September opening spread ; the log of the 30 days (I would prefer to have the names of the days next time) followed by the TO DO of the month)
  • Après j’ai laissé une autre double page, parce qu’il mois c’est long! Je ne savais pas si j’allais avoir d’autres choses à noter, ou si tout allait être rendu dans les pages semaines ; sinon, je pourrais également dessiner pour septembre, les inspirations ou les souvenirs du mois, on verra. /// (After that are two blanks pages, either to continue the To Do, or for future inspirations and memories of the month).
  • Ensuite les 4 pages de « pisteurs », un premier pour les routines santé, un quelques activités génériques, un pour mes activités spirituelles, et un carrément dédié à Morrigan. /// (Then you find 4 trackers, one for health check up and routines, one for certain usual activities, one for spiritual activities and one solely for the Goddess Morrigan)
  • Après cela, deux pages non visibles, à l’état de recherches encore, pour des statistiques de travail, de recherches, et des objectifs boulot du mois /// (after that is another double page you wont’ see because it is too drafty, still pondering ; supposed to be my research work goals for the month, and stats)
  • Et finalement commencent les pages semaines, avec la première. Je me tâte encore pour savoir quoi remplir au début ; peut-être un mini calendrier et des repères visuels ? Et la liste de tâches de la semaine. /// (Then begins the weekly logs, this one for the first week. I wonder what I need to put on the first page, I may want a visual mini calendar with landmarks for the week. And then the To Do list for the week)
  • Puis un exemple de pages semaines, pour la première : une page = deux jours, subdivisés en trois parties, matin, après-midi, soir ; en haut on peut (ou pas) trouver la phase de la line et la météo ; en vis à vis, chaque fois jour je note au minimum trois choses dont je suis contente, les fameuses gratitudes ; je rajouterai peut-être des symboles pour résumer les humeurs changeantes des journées. /// (And finally, an example for the first week. One page is split for two days, and each day has three phases: morning, afternoon, evening. Sometimes you find in the right corner the moon phase and the weather. And, on the other page you’ll find a gratitude page for those two days. At the end of the day, I stop to find at least three things I was grateful about, if I can I write more. I may want to had in the right corner a symbol for the mood and mood changes in order to chart me moods in a visual way)

Voici les photos maintenant ! J’ai mis des petits exemplaires qui puissent rentrer dans l’étroitesse des pages du blog, mais chaque clic sur les photos format paysage vous emmènent vers une photo plus grande. (Small photos because the blog page is very narrow, but links are available on each horizontal photo to bring you to a bigger one)

J’ajoute à la fin aussi un pisteur etsy annuel, et un pisteur de commande annuel (un système où je dois réceptionner quelque chose tous les 15 jours, si je m’inscris, ce qui n’est pas toujours le cas, et je perdais totalement le compte l’année dernière).

Enregistrer

Enregistrer

Création de mon premier « bullet journal »

Ou le « journal à puce », mais qui peut être tellement remanié vue sa souplesse qu’au final j’emploie le terme parce que c’est plus simple, et que je n’arrive pas à faire la différence entre ce qui est le bujo et ce qui ne l’est pas (vu à quel point les gens se sont réappropriés le principe). Depuis que j’ai découverte ce système (cliquez), j’explore, j’explore, j’explore ! Je fais ici un petit panorama très synthétique de toutes mes réflexions en cours, afin de compléter la vidéo (disponible plus bas), ou pour ceux qui n’aiment pas ce type de format et qui préfèrent survoler un article.

Pourquoi j’ai décidé de tester ?

Les raisons

Parce que je suis tout le temps avec des carnets partout, beaucoup trop. Je fonctionne avec un carnet = un thème. J’en ai des tonnes. Mais que parfois du coup, je n’ose pas me lancer, je me dis que ça ne vaut pas le coup, que je n’irai pas au bout de l’idée, que je vais abandonner avant, ou que ça ne « mérite pas » (??) de figurer dans un carnet.

Parce que je me suis rendue compte que je procédais déjà plus ou moins comme ça ! Ce qui pourrait me permettre de faire une transition plus facile.

Parce que, si ça n’est pas le cas, je peux tout simplement améliorer la propre « méthode » que j’ai développée pour moi en version informatique ; optimiser mieux, faire plus et mieux, à partir des techniques découvertes dans le « bujo ».

Parce que je cherchais un outil qui soit également créatif. J’écris beaucoup, j’aime ne plus être que sur l’ordinateur, je suis amoureuse du papier, des encres, des stylos plumes, des crayons et du dessin. J’ai également des feuilles volantes pour représenter des humeurs, « griffonner », faire des pages de journal créatif, des schémas… Trouver l’idée d’un journal où je peux tout faire en même temps ? Je dis oui ! Ca vaut le coup de tester.

Mes objectifs

  • Pour être mieux organisée et réaliser mieux ce qui me tient à cœur.
  • Savoir mieux gérer le long terme et le court terme.
  • Pouvoir mieux switcher entre mes millions de projets professionnels et personnels.
  • Être plus régulière dans mes passions et autres.
  • Une forme de remise en ordre dans ma vie et de remise en forme.
  • Être plus créative.
  • Profiter d’une forme qui permet à la fois d’être linéaire et arborescente.
  • Permettre d’intégrer beaucoup le sens visuel (tableaux, schémas, dessins, etc).

Boîte à idées

Voici les exemples de choses que je voudrais réussir à organiser, optimiser, augmenter dans ma vie pour me faire du bien :

  • Objectifs de vie (les fameux « 10 life goals » pour savoir ce qui compte le plus pour nous et s’en rapprocher)
  • Peut-être même une version « la roue des valeurs », pour savoir qui l’on est, quelles sont nos fondations, et comment s’en rapprocher
  • Objectifs de l’année, les routines que je veux briser, celles que je voudrais créer
  • Les projets qui me tiennent à coeur et sur lesquels je voudrais travailler (mon site de cartes, mes blogs ; mes journaux d’écriture ; mes différents projets d’écriture, recueils, essais, etc ; des articles à publier ; du dessin à apprendre ; des mandalas à reprendre ; des collaborations sympas …. )
  • Une boîte à idée pour entretenir son corps
  • Les signes avant-coureurs du laisser aller (heures de sommeil, horaires, sauter les repas, etc) pour reconnaître les crises et se reprendre plus facilement
  • Des listes de livres à lire, films à voir, groupes à écouter
  • Une page pour retenir les compositions (et noms) de mes thés favoris
  • Challenge de lecture annuel ?
  • Des citations, des encouragements, des affirmations
  • Des pages de gratitude
  • Des bilans à la semaine, des bilans au mois, un bilan annuel
  • Des pisteurs d’habitudes et de pratiques (méditation, heures de coucher, écriture, lecture, exercice, pratique de tarot…) au mois et/ou à l’année
  • Cartes du mois et de la semaine
  • Calendrier des phases lunaires
  • Boîte à outils d’urgence pour les anxiétés (au moins 4 ou 5 pages)
  • Impact écologique, pister les habitudes, noter des conseils qu’on oublie souvent, se fixer des objectifs au mois, à l’année etc.
  • Des pages visuelles pour économiser tous les mois : des pages pour se fixer des budgets et attribuer les sommes
  • Trouver mon rythme de routine spirituelle, projets dévotionnels, prières, tirages de cartes, sortie nature, rituels, …. Tous les mois ? toutes les semaines ? tous les jours ?
  • etc!

Ça va se nourrir encore, je prends bien le temps d’y réfléchir, sans trop me presser, pour trouver ce qui ME convient, ce dont j’ai besoin, et que je vais donc naturellement vouloir voir, suivre, développer, et non ce pour quoi je devrais me forcer. Voici une vidéo, trop longue à mon goût, mais j’avais tellement d’idées dans la tête, et c’était un midi comme d’autre où j’ai le cerveau pas en place, perdue entre deux langues (puis à la fin j’ai eu un moment très flou pour conclure, mes vidéos sont vraiment brutes et brouillons ^^’).

J’ai rassemblé ici (cliquez) des liens ressources essentiels pour ceux qui veulent découvrir cette méthode.

Et voici la lonnnguuueeee vidéo (33 min environ), non préparée, ou j’ai discuté de tout ça et essayé de montrer certaines choses. Navrée pour la longueur, il y a tellement de choses à dire.

Garder le nécessaire… et pas le reste

Pas évident dans notre monde aujourd’hui de trouver un équilibre. Grâce à un article de Waldatura, j’ai compris que je n’étais pas minimaliste, que je trouve cela extrême. Mais il n’empêche que l’on consomme trop, que l’on s’encombre de choses. Et la question se pose donc toujours : que garder, que « jeter » ? (recycler, vendre etc)

En ce moment les choses décantent… mon esprit trouve lui-même son équilibre : je veux utiliser ce que je possède, avoir assez, parfois un peu plus par coquetterie, mais ne pas m’encombrer. Ce que je garde, ce qui compte, je souhaite en jouir, me faire plaisir avec. Plutôt que de vouloir acheter moult livres comme c’était le cas avant alors que je ne lisais plus, je souhaite profiter de ceux que j’ai, les ouvrir…. pareil, je n’ai jamais eu autant de carnets, seulement aujourd’hui ils sont presque tous utilisés pour mes projets différents. Côté activités, c’est pareil, je fais ce qui me plaît, et c’est mon critère.

Or je viens juste de tomber sur une récente vidéo de Flora qui explique très bien tout cela, en peu de temps :

L’idée est de savoir : qu’est-ce qui nous anime vraiment ? Et de se centrer là-dessus. A côté de l’ancrage, le centrage devient une notion fondamentale pour moi. Savoir qui l’on est, ce qui nous définit, ce qui nous anime, et simplifier le reste, couper le bois mort. Cela marche en fait autant pour les objets, garder ce qui nous tient à coeur, que pour le reste ! Nos activités, et notre spiritualité. Trouver ce qui nous convient, et purifier le reste. Et je remarque aussi que ce processus naturel est en train de s’effectuer dans ma spiritualité ! C’était bien la dernière chose à laquelle je m’attendais… que cela se fasse naturellement. Je ne pratique plus, je ne retiens que ce qui me sert, ce qui résonne. Et du coup tout est plus épuré et plus simple.

Et en continuant à méditer sur tout cela, je devrais encore faire des progrès !