5e cycle, 2e semaine

Bonsoir à tous et à toutes ! Voici enfin venu la nouvelle semaine du cycle des Chemins de Lumière ! (cliquez pour les infos détaillées)

Organisation, rappel : Je vous donne le  thème de la semaine, vous pouvez laisser “poser” tant que vous voulez. Dessinez même samedi au besoin, et ensuite postez dimanche. Vous êtes libres ! On se retrouve tous dimanche, pour échanger nos créations photographiées, ainsi qu’un petit texte d’accompagnement : comment avez-vous pris la notion ? pourquoi avez-vous choisi telle technique (collage, dessin, aquarelle etc) ? qu’est-ce que vous avez voulu représenter ?

  • ceux qui ont un blog postent leur lien en commentaire sur cet article, et je m’occupe de tout mettre en page. NB: Xael j’ai noté que tu postais sur DA, mais les gens commenteront sûrement ici.
  • si vous n’avez pas de blogs vous m’envoyez par email votre création et votre commentaire (valiel at laposte point net)

Voici le thème de la semaine à venir : Contemplation.

Nota : Pour ceux qui auraient quelques difficultés.

Soyez-vous, soyez créatifs !

MAJ : un petit ajout écrit sur Facebook mais comme tout le monde n’y est pas, je reporte ici => un « conseil » pour le thème apparemment difficile. La façon la plus basique que j’ai envisagé au moment de choisir le thème : après un retour aux origines, les vôtres, ou d’autres, que contemplez-vous ? quel tableau s’offre à vos yeux ?

———————-

La participation d’Eulita :

(cliquez)

La participation de Xael :

;

(cliquez)

La participation d’Aline :

(cliquez)

La participation de Siduri :

« Difficile pour moi, le thème de cette semaine. Pas tellement en tant que tel, mais parce qu’en ce moment, la contemplation et moi, malgré tous mes beaux efforts, je dois le reconnaître, ça fait dix. Alors oui, j’aspire à des paysages paisibles, montagnes sacrées, lacs silencieux, brumes envoûtantes, moments de communion avec l’univers et d’absolu hors du temps. Bref, tout ce qui vient à l’esprit lorsqu’on dit « contemplation ». Mais malgré toute cette belle volonté, malgré les belles visions qui hantent souvent mes paysages intérieurs, je finis toujours par tomber sur cette ****** de marelle, et j’ai beau retourner ma tête, mon coeur et mes tripes dans tous les sens, me frotter le troisième oeil pour être sûre de pas avoir la berlue, et finalement échafauder des plans machiavéliques pour la contourner, elle est toujours là. J’aurais pu mettre mes œillères, l’oublier volontairement et livrer un dessin idyllique et épuré. Mais celui-ci n’aurait sans doute pas réellement mis en valeur ce que, j’espère, je contemplerai bientôt, le coeur léger, et qui est déjà perceptible ici : une aube nouvelle qui pointe au-dessus des montagnes, et qui d’ors et déjà me souffle d’avancer vers elle. »

La participation de Skadi :

(cliquez)

La participation de Solaris :

« Cette fois, on change de papier et on prend les pastels. Tout de suite en lisant le mot j’ai vu une jeune demoiselle qui fait une méditation. Elle contemple sa lumière intérieure, elle est bien, sereine, satisfaite, dans un état de légèreté et de bien-être total.

En faisant le dessin, j’ai réalisé que ses cheveux sont des éclairs. Prendre contact avec sa lumière intérieure lui redonne de l’énergie, elle pétille. Elle vibre en harmonie avec elle. Les “vagues” bleues et vertes sur les côtés sont un autre effet secondaire de son état, elle flotte dans le calme, la guérison de soi et la sécurité. Cette “contemplation” lui permet de faire sortir tout ce qui est bien en elle, à l’extérieur d’elle, et de s’en imprégner totalement par la même occasion. »

La participation d’Aranna :

« La Contemplation. Fautes de pouvoir avoir des photos de deux des endroits, j’ai retourné Google pour en avoir des images. Trois vignettes qui symbolisent des endroits de pouvoir pour moi : en haut à gauche, la fameuse montagne du village de mes origines. Un village perdu dans le nord-est de l’Italie, où la langue ressemble au vieux français du serment de Strasbourg, là où les vieux rescapés de la légion se rassemblait pour défendre les frontières de l’Empire romain. Plus celtes et slaves que latins. Ma mère aimait répéter que le nom était d’origine gauloise. Cet hiver je me suis amusée à chercher l’étymologie. Son nom signifie « Nemeton », le bosquet. J’ai passé une partie de mon enfance les yeux tournés vers cette montagne.

En bas, une maison en Angleterre qui m’a accueillie plusieurs été de suite. Le jardin a été surnommé « Le jardin des druides » depuis très longtemps parce qu’on y trouve toutes les essences importantes. La forêt autour, les champs. C’est dans cet endroit que se situe le point de départ de toutes mes méditations.

La vignette en haut à droite est la vue que j’ai depuis mon bureau. Chez moi bien à moi et chaque fois que je regarde par la fenêtre, je m’émerveille du chemin parcouru et de pouvoir le voir parfaitement net. Un vrai miracle, une grâce merveilleuse pour moi et qui est chaque matin toujours une surprise. Je ne pensais pas que ca pourrait m’arriver un jour, et pourtant.

Au centre, une citation de Pier Paolo Pasolini en friulan. Elle signifie « Et les années ? Mortes. » Une manière de tirer un trait et de continuer à avancer vers le futur, toujours, encore. Ma félicité ne m’est pas tombée toute cuite dans le bec et c’est une belle victoire à savourer, à contempler, sans s’apesantir et continuer le parcours, comme une étoile filante.
Trois endroits importants dans mon histoire personnelle, trois endroits sans lesquels je ne serais pas ce que je suis aujourd’hui.  »

La participation d’Althéa :

(cliquez)

La participation de Ka :

« Oui, je sais, c’est assez violent, et je me suis aussi demandé au départ pourquoi cette image m’était tout de suite venue à l’esprit pour ce thème… C’est aussi pour cette raison que je n’ai pas encore écrit le texte d’accompagnement. Il s’agit encore de quelque chose que j’ai vécu en méditation et c’est vrai que le déroulement de celle ci est importante pour comprendre. Au départ je regardais seulement de jeunes pousses jaillir du sol, la tête baissée vers la terre. Ensuite elles ont transpercé mon corps de part en part, me faisant ressentir une souffrance libératoire qui m’a amené à lever les yeux vers le ciel, et surtout vers cette lumière blanche (qui correspond dans toutes mes méditations à l’endroit vers lequel je dois remonter pour retrouver le monde réel). Finalement, c’est comme si les pousses de bambous étaient les origines, et que je devais faire un acte pour réussir à les dépasser, et ainsi être capable de contempler avec sérénité l’instant présent »

La participation de Valiel :

« Alors, je suis désolée d’avance pour le retard, et aussi car mon texte sera court. Je ne comprenais pas trop ce que j’avais vu… et aujourd’hui que j’ai eu le déclic, je me rends compte que c’est entièrement personnel (mon cheminement spirituel) donc je ne tiens pas à le raconter ici.

Mais pour la structure voici : j’ai pris contemplation dans le sens le plus plat possible que j’ai donné à ceux qui avaient du mal comme moi à l’arrivée du thème. Contempler = regarder. Après une sorte de vision des origines, qu’est-ce que je voyais d’autre ? qu’est-ce qui pouvait avoir lieu sous mes yeux ? quelle transition ? J’ai vu d’abord la terre…. selon une drôle de perspective, montante, puis les points, puis les tiges. Et au-dessus ? Au début le grand blanc, puis la « même chose ». En fait c’est une sorte d’image en miroir, de voûte qui répond à une autre voûte. Je suis en train de contempler, je suis entre deux mondes, deux sphères… On part du bas, de l’intérieur de la terre (tout en étant à l’extérieur?), puis on remonte. Ce qui était important pour moi au moment de la vision c’était les tiges. C’était quoi ces putains de tiges ? fertilité ? Et alors je me suis rendue compte que c’était exactement l’idée de Lammas, ça a fait déclic en même temps que ce festival ! Les premières pousses de quelque chose semé un peu avant… une évolution, une dynamique encore sourde de quelque chose. Les boules oranges c’est comme une force extérieure aux plantes d’abord, une force autre qui devient leur force vitale et qui vient d’en bas. Autour…. le grand vide, un crépuscule, la voûte cosmique. Un arc qui répond à un arc. Et des « boules » d’énergie qui répondent aux autres.

Voilà, pour le reste, je ne peux pas expliquer plus avant. »

Advertisements

19 réflexions sur “5e cycle, 2e semaine

  1. Ayé, inspiration venue le lendemain même! Par contre, je risque de ne poster ça que dimanche ou lundi!
    Mini conseil: demandez à l’Univers et / ou à votre subconscient de vous inspirer sur ce thème, c’est ce que j’ai fait et c’est vraiment pas mal du tout. =)

  2. Voici ma créa (je n’arrive pas à mettre mon commentaire… mon sta.sh bug un peu). SI ça ne marche toujours pas, je viendrais l’ajouter ici.
    http://sta.sh/02ctjtvaftpb
    (Personnellement, aucun souci pour le thème, j’avais plus trop d’idées que pas assez) 🙂

    J’aime beaucoup la création d’Eulita ^^ Mais je la commenterai quand plus de gens auront posté (j’irais d’ailleurs commenté les créas postées après moi de la première semaine aussi).

  3. Pingback: Contemplation ( Chemins de Lumière 2 ) « La cabane-boudoir de Skadi Bella

  4. Aaaaaaaaaaaah ! Tu me rassures avec ton dessin Siduri ! Le mien à le même état d’esprit (avec un visuel plus trash, il faut avouer…). Ca me rassure de ne pas etre la seule à avoir une vision un peu douloureuse de la contemplation, ou plutot de l’acces a cette contemplation ! Faut que je vous poste ma toile…

  5. Siduri: le feu me rappelle le feu intérieur et les nombres de la marelle aux chakras. J’ai lu qu’entre les 3 premiers chakras et le reste, il y a un passage à un autre niveau de conscience vers les chakra supérieurs. Apparemment, ton truc noir symboliserait ce passage où on doit prendre le temps de contempler la beauté extérieure pour accéder aux chakras supérieures et l’amour inconditionnel.

    Voilà, ce à quoi j’ai pensé en regardant ton dessin. Sa n’est plus aussi trash maintenant mais plutôt un dessin initiatique. ^^
    J’ai commenté les autres dessins sur leur blog. ^^

  6. Je continue les commentaires ici:

    – Skadi: au départ, j’avais pensé au chakra sacré et la plaisir sensuel qui se dégageait lors de l’acte sexcuel (non, non, pas du tout excitée moi pour le moment xD) et ce plaisir qui se dégageait et qui nous mettait dans un autre état de « paix intérieure ».
    – Solaris: la contemplation intérieure, se voir et voir les autres avec amour? Très parlant en tout cas. ^^
    – Aranna: dommage qu’on n’ait pas de vraies photos que celles de Google ^^’, en tout cas, on voit que ces endroits t’ont touché. ❤
    – Althéa: j'ai regardé les photos et ta description sur ton blog, j'aime! Je suis un peu comme toi, j'aime passer des heures à observer et surtout à rêver en regardant les nuages. Les nuages peuvent parfois nous montrer des images et c'est parfois de cette manière-là que notre Moi Intérieur s'exprime. Ainsi lorsqu'on contemple les nuages, c'est comme si on contemplait notre moi intérieur. ^^
    – Ka: Ouch, il fait très mal ce dessin et j'avoue que j'ai du mal à le lier au thème de la contemplation, je l'aurais plutôt lié à la souffrance avec toutes ces piques qui lui traversent le corps =S. Tu souffres intérieurement Ka? Lol, je plaisante. ^^'''

    • Oui, je sais, c’est assez violent, et je me suis aussi demandé au départ pourquoi cette image m’était tout de suite venue à l’esprit pour ce thème… C’est aussi pour cette raison que je n’ai pas encore écrit le texte d’accompagnement. Il s’agit encore de quelque chose que j’ai vécu en méditation et c’est vrai que le déroulement de celle ci est importante pour comprendre. Au départ je regardais seulement de jeunes pousses jaillir du sol, la tête baissée vers la terre. Ensuite elles ont transpercé mon corps de part en part, me faisant ressentir une souffrance libératoire qui m’a amené à lever les yeux vers le ciel, et surtout vers cette lumière blanche (qui correspond dans toutes mes méditations à l’endroit vers lequel je dois remonter pour retrouver le monde réel). Finalement, c’est comme si les pousses de bambous étaient les origines, et que je devais faire un acte pour réussir à les dépasser, et ainsi être capable de cotempler avec sérénité l’instant présent. (Et ben voilà ! finalement en voulant t’expliquer, j’ai réussi à l’écrire ce texte ^^. Merci à toi ❤ )

  7. J’aurais beaucoup de mal à commenter cette fois-ci… Je trouve que vous avez tous réussi à donner une vision extrêmement personnelle et idéale de ce qu’est pour vous la contemplation, au point que j’ai l’impression de ressentir physiquement et émotionnellement ce que vous avez transmis à vos réalisations : joie, sérénité, nostalgie, amour, paix et force intérieure… Voilà. Bravo, car de mon côté je suis incapable de me détacher des mes interrogations actuelles pour être parfaitement contemplative 🙂

    Effectivement Ka nos dessins représentent la même chose, je me suis immédiatement fait la réflexion, et entre nous ça ne m’étonne pas. Il y a un lien avec le serpent de ta peinture précédente, j’ai déjà fait ce même cheminement intérieur. Pour que le serpent puisse s’élever il faut libérer des choses, quitte à les tuer…
    En ces périodes de récolte, il est bon je crois de nous demander ce que nous devons sacrifier à la terre, ce qui n’a pas raison d’être conservé ou qui a mal poussé, pour pouvoir nous concentrer sur l’essentiel et avancer vers la lumière, vers notre propre lumière intérieure 🙂 La période sombre fera son oeuvre 😉

  8. Eulita :
    Le sentiment que cette illustration m’évoque est totalement une contemplation 😛
    L’idée méditative (tibétaine/hindouiste) si elle peut donner l’impression de voir à l’extérieur traduit la même sensation que j’ai voulu faire passer avec ma création.

    Aline :
    Au départ, la créa me parlait assez peu mais comme une fleur de lotus, en la regardant mieux, j’ai eu l’impression qu’elle s’ouvrait à moi.
    Cela ne colle pas tout à fait à ma perception du chakra coronal mais j’ai bien saisi l’idée et je trouve la description très intéressante.

    Siduri :
    Bon, bien sûr, là, ça ne m’a pas parlé. Mais j’ai beaucoup aimé cette perception franche que tu nous présente et que tu expliques avec tes mots. Ca amène à reconsidérer la contemplation 😛
    Tu aimes les fils rouge toi ! (ils mènent toujours vers les abysses ?)

    Skadi :
    Très parlant je trouve (même si je peine à y mettre des mots).
    L’explication que tu donnes m’a… éclairé 😛
    J’y voyais plus un feu intérieur, une force vitale au niveau du hara avec le ventre comme porte vers…
    (mais bon, ça reprend un peu ton idée :D)

    Catherine :
    La sensation se rapproche de ce que je voulais faire passer 🙂

    Aranna :
    Là, la création photoshop m’a moins parlé. Mais l’explication personnelle m’a semblé une interprétation intéressante de la contemplation. ^^

    Althéa :
    Je contemple 😛

    Ka :
    Ouille, j’ai mal pour elle.
    Malgré tout, je retrouve bien l’idée de contemplation. Ca me fait d’ailleurs penser au fait de contempler sa douleur sans s’y attarder et se focaliser sur l’essentiel (la lumière au bout du tunnel et la beauté de ce qui nous entoure).

    Valiel :
    Encore une fois, simple mais efficace 😛

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s