L’art ultime II, Fabienne Verdier

Autre artiste, pas tout à fait la même démarche. Plus d’écriture, uniquement la calligraphie gestuelle et libérée. Tableaux abstraits.

C’est embêtant car je ne retrouve pas de bonnes représentations, ou les plus percutantes. Mais son travail est monstrueux.

Publicités

La pensée du haïku

Voilà de quoi faire un franc retour à moi-même à travers une exploration plus en profondeur du haïku. Mon petit recueil avance, je place mes petites pierres les unes après les autres. Mais j’ai besoin d’y voir plus clair, de retrouver ce que ma mémoire a effacé. Et du coup voici deux nouveaux arrivants dans ma bibliothèque qui vont être un pilier pour retrouver l’essence du zen !

Bon maintenant, il va falloir complètement revoir mon planning de lecture, car ça se bouscule et je ne sais pas comment je vais tout finir…

Le rythme des « Chemins de Lumière »

Bonjour à tous,

Je prends la peine de faire une note supplémentaire au sujet des Chemins de Lumière. Je pense qu’il est important de s’interroger sur le rythme intrinsèque des cycles. Je n’ai pas eu beaucoup d’expériences dans le domaine de la création en groupe, mais je trouve que dès quelques essais on se construit ses propres bases et donc je me permets de « théoriser » (ouh le vilain mot) un peu.

On pourrait résumer le sujet ainsi : Quel investissement et quel rythme pour les « Chemins de Lumière » ?

Un rythme « lent » et ouvert, accessible à tous

D’après mes observations, créer un dessin par semaine, un dessin en sept jours, ça n’est vraiment pas grand chose. Car il ne s’agit pas de créer une œuvre, un chef d’œuvre, il s’agit de créer. Quoique ça puisse être. Une esquisse, un dessin, une peinture, une idée… On ne demande pas la perfection, on ne demande pas la lune, on ne demande pas l’esthétique académique avec des perspectives et proportions… non je demande juste une création. En toute simplicité. Un moment à soi pour prendre une idée et la réaliser. Ou juste essayer de la réaliser. Faire quelque chose pour voir.

Juste une création pour sept jours. Pas un dessin par jour, donc 7 dessins d’affilée. Pas un devoir d’école avec une consigne. Juste une création libre et agréable. C’est pour ça que le cycle est ouvert à tous, et que tout le monde peut le faire. Il s’agit juste de prendre un peu de temps dans la semaine, d’apprendre à se réserver un moment à soi, au choix pendant ses 7 jours, pour créer. Même dans une vie bien remplie, c’est possible ! C’est un peu comme si vous décidiez de suivre un groupe hebdomadaire de dessin… sauf que le groupe se rejoint en ligne, et que vous choisissez quand vous êtes disponible.

Car il faut bien se rendre compte que ce n’est pas un cycle très long comme on peut en trouver parfois, dans des cours en ligne, ou dans des ateliers. Le cycle original « Par 4 chemins » a été suivi sur une très longue période, il s’est échelonné de fin Mai début Juin à fin Septembre, quand les participants ont repris leur route, sans interruption ! Cela représente un dessin ou une création par semaine pendant une période vraiment soutenue.  C’était peut-être trop, ou alors, les membres ne se sont pas rendus compte au départ de l’investissement que cela allait demander. Ca n’était pas préparé. Mais il faut avoir en tête que des cycles d’un an existe, des cours très soutenus (et même de façon générale, s’inscrire dans une association à l’année, ça revient à faire au moins 1 dessin par semaine pendant 8 mois).

C’est pourquoi, quand j’ai décidé de poursuivre l’aventure sous « Chemins de Lumière », j’ai changé la formule.

Un cycle pas moins constant et dense

Je voulais que le cycle soit plus ouvert, donc plus court, mais pas moins enrichissant et intense. Il m’a semblé logique de choisir un nombre fixe pour que la notion de « cycle » ait un sens. Le premier choix a été le bon finalement, complètement au pif ! J’hésitais à choisir 2 semaines, 3 semaines, 4 semaines… ou peut-être un mois et demi ? L’instinct s’est porté sur la durée d’un mois, et finalement dès le premier essai je me suis rendue compte que c’était parfait. On a le temps de rentrer dans le cycle, d’explorer, sans que ça soit trop éreintant.

Alors c’est sûr, le cycle ne propose pas 3 mois soutenus, mais le rythme interne des Chemins de Lumière n’est pas moins riche. 4 semaines c’est déjà un investissement cohérent en temps et en énergie. C’est 4 thèmes à explorer. Beaucoup de possibilités, et beaucoup de liens entre les différentes semaines. A la fin d’un cycle, on peut se dire « wow déjà ! » , ou « wow, on ne continue pas? » Les réactions vont changer d’une personne à l’autre, selon les semaines qu’elle a passées, la charge de son travail et de sa vie personnelle. Selon l’investissement que représente la poursuite du cycle.

Il y aura ceux qui voudront continuer directement, pour qui la pratique créative demandera d’être approfondie. Et ceux pour qui cette implication demandera de décanter.

Personnellement, j’encourage les gens à poursuivre la création à la fin du cycle. A renouer personnellement avec leur racine, développement leurs projets ou envies personnels. Je ne peux que souhaiter que chacun soit plus créatif dans sa vie ! Néanmoins, j’encourage de le faire pour soi, dans un contexte bien différent. J’ai remarqué que le cycle se fait toujours intense, et j’ai instauré une pause « obligatoire » entre les cycles. Je trouve que le travail intérieur à besoin de plus de temps, et une semaine ou deux au moins de décantation permettent de mieux bénéficier des effets du cycle. Surtout quand on a mis beaucoup de soi dans les 4 semaines ! Ça demande réflexion, maturation. S’arrêter de veut pas dire que l’on va lâcher le fil créatif pendant des mois. Si vous avez été capables de prendre votre matériel et de suivre un cycle d’un mois complet, vous pouvez recommencer à volonté. Et vous avez la force d’installer la créativité dans votre vie sur le long terme.

Inutile donc de se jeter tête baissée dans un deuxième cycle d’un mois. Pas de précipitation. Accordez-vous cette deuxième pause de décantation. Et si la passion vous prend et que vous souhaitez continuer à créer (dessiner, peindre etc) en attendant le suivant, libre à vous de suivre vos envies détachées du cycle. Mais n’ayez pas de pression. Que de la liberté et le calme intérieur.

Voilà pour ces idées et conseils très basiques. J’espère qu’ils vous éclaireront au moins concernant mon choix de faire des pauses entre les cycles.