L’illusion de la pensée positive et son de vérité ?

Une réflexion que je mène également… car même si j’apprécie la pensée positive, et que j’essaie de devenir quelqu’un de positif, je ressens aussi beaucoup de contradictions, et je ressens ce côté « non naturel ». Devenir tout positif est une illusion quand même, parce que parfois c’est inapproprié. Voici un article très court qui fait réfléchir sur le sujet, mais ce qui m’attire le plus c’est la conclusion :

I am probably one of the most positive people you have ever met (even being able to claim that is a sign, isn`t it). In fact I think positive all the time and it is difficult for me to see a problem somewhere where most of the people see it.

However I am not following the religion of positive thinking, and I will tell you why.

There are situation where positive thinking can even harm – in a way of hiding the true picture of the issue. Cerulo, a professor at Rutgers University, wrote a book last year called Never Saw It Coming. She points out that medical workers and computer technicians—the professional troubleshooters of the world—keep our bodies and mainframes running by being paragons of pessimism. When doctors and IT workers take up a case, they begin by dispassionately assuming the worst and then move up from there. Their protocols demand precise and evolving definitions of the most severe maladies and malfunctions, while they tend to have fuzzy and almost absentminded definitions of health, well-being, and normal function. Facing a problem helps more that just being positive about it!

Since much is being spoken about positive thinking, one recent American study has shown some interesting results on the topic.

A patient’s positive or negative emotional state has no direct or indirect effect on cancer survival or disease progression, according to a large-scale new study. Published in the December 1, 2007 issue of CANCER, a peer-reviewed journal of the American Cancer Society, the study found that emotional well-being was not an independent factor affecting the prognosis of head and neck cancers.

So why am I, myself being a positive thinking person oppose it so persistently? For the same reason that I oppose many psychological methods and techniques – for the “unnatural” nature of them!

I believe that the positivity is something that comes from within, and it can not  – and should not! – be trained. Positive thinking can be taught, no doubt. But isn`t it strange when people “try to think positive”? Whatever one does on purpose does not really work in a proper way. One has to be authentic. Natural. Innocent like a child… Then everything works.

You BECOME positive when you touch your deeper SELF.

When the true beauty of your nature reveals through every cell of your body, every movement of your soul, every sparkle of your thought.

 When you KNOW YOURSELF.

Publicités

4 réflexions sur “L’illusion de la pensée positive et son de vérité ?

  1. Je suis pas du tout d’accord avec elle, notamment en ce qui concerne la médecine et les effets du mental sur le corps.
    On trouve qu’ « essayer » de penser positif est peu naturel parce que TOUT dans la vie nous pousse au contraire. On est constamment envahi par le négativisme, partout, où que l’on regarde. Sans s’en rendre compte on se laisse envahir par tout ça et ce dès le plus jeune âge. Penser positif c’est une ré éducation de l’esprit ni plus ni moins car il me semble que lorsque l’on est enfant on ne se soucie pas de ce genre de chose, on vit la vie qui se déroule devant soi et c’est tout. Pour moi la contradiction est dans le fait même que l’on ait à apprendre à penser positif. Si nous n’étions pas aussi influençables, si dès le départ nous avions des cheminements de pensés sains et constructifs on n’en serait pas à acheter « vivre le moment présent » etc …

    • C’est un article TRES controversé 😉 J’aime bien réfléchir et faire réfléchir les autres avec moi. Je pense aussi que ça n’est pas parce que ça paraît pas naturel que c’est « contre nature », justement le vieux problème nature/culture… mais sur certains points par contre, je trouve que le « positivisme » à outrance c’est minimiser certaines choses, ou être dans le déni (quand on est triste etc). Tout est une question de nuances je pense. 🙂

  2. Tout dépend aussi de comment les discussions autour de la pensée positive sont formulées. Si par exemple une personne a subi un viol et qu’on lui dit « pense positif, tu es en vie » euh… ou variante moins trash : les raccourcis entre les emmerdes et la responsabilité de la personne qui ne pense pas assez « positif » = « tu l’aurais pas un peu cherché ? Tu vois tu attires du négatif. » Un peu moyen. Idem pour le principe du « si l’attitude de quelqu’un t’insupportes, c’est que toi tu as un problème » = ouais dans un certain nombre de cas je ne dis pas, mais ca finit par devenir un sophisme pour justifier tout et n’importe quoi suivant le contexte.

    Donc, comme tout, c’est une question de mesure et de relativisation selon moi.

  3. “Si l’attitude de quelqu’un t’insupporte, c’est que toi tu as un problème”. Je dirais plutôt qu’il y a quelque chose en soi que l’on n’accepte pas. Je l’expérimente très régulièrement, quand je parviens à dépasser mon petit nombril. C’est un exercice difficile mais pourtant très libérateur. Si c’est utilisé comme un bon mot à placer dans une conversation, ou comme une vanne… C’est que la personne n’a elle-même rien compris à l’exercice, qui est tout à fait personnel. Et elle ne l’a surtout pas mis en pratique. C’est le principe de base de la projection tout ça.

    Quant aux personnes ayant subi des atrocités… Celles qui s’en sortent sont généralement celles qui ne tournent pas en boucle sur leur état de victime. C’est dur mais c’est un fait. Personne ne dit que l’exercice est facile, d’autant que nous sommes conditionnés depuis l’enfance à penser négativement et à avoir peur du changement. Il suffit d’allumer la télé ou entendre les messages diffusés sur la radio du ReR… Ça fait froid dans le dos.

    Après, tout ça, c’est vrai, si c’est présenté de manière niaise… Il existe de tas de textes religieux qui évoquent tout cela (c’est d’ailleurs de là que les messages des livres un peu légers sur le développement personnel proviennent). Mais là aussi, cela dépend si on est prêt à lire tout au premier degré ou à pousser la réflexion plus loin (-: C’est du boulot !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s